Témoignage de Marie, AMA au Rwanda - 2017

marie rwandaJ'avoue que je ne vois pas le temps passer !... C'est bon signe, j'ai beaucoup à faire et je ne m'ennuie pas ! Au niveau de l'école, tout se passe super bien, je suis vraiment heureuse d'y enseigner, les élèves sont super !

Je donne aussi des cours aux aspirantes et postulantes. Elles font des progrès de jour en jour ! Je suis particulièrement frappée par leur reconnaissance, elles me disent que c'est leur chance d'apprendre le français avec une française, elles sont super motivées et elles rendent grâce à Dieu de m'avoir envoyée leur apprendre le français.

Les guides m'ont aussi proposé de les rejoindre pour faire leur bonne action, il s'agissait de rendre visite à un pauvre du village qu'elles vont voir trois fois par an. Ce monsieur habite dans une maison en terre cuite sur une structure de branches et dont le sol est en terre battue. Nous lui avons apporté un peu de nourriture et nous avons discuté avec lui. Il était tellement heureux de notre visite et de pouvoir discuter. Nous avons fait un feu devant sa maison et cuisiné de la bouillie. Il était impressionné de voir une blanche faire du feu, et en plus chez lui, pour lui donner à manger ! Ce fut une très belle expérience de découverte de la pauvreté, mais aussi d'un homme avec une joie de vivre profonde malgré ses conditions de vie et cela donne à réfléchir...

Marie Rwanda 2017 12Aussi, j'ai beaucoup de succès avec les enfants ici ! C'est pour beaucoup la première fois ou preque qu'ils voient une blanche et ils ont toujours super envie de me serrer la main (une bonne occasion pour toucher ma peau blanche !), certains s'aventurent même à me toucher les cheveux ! Une petite fille a essayé de se faire un chignon avec la capuche de son pull (ayant les cheveux courts et frisés comme tous les Rwandais, cette coiffure est impossible), pour faire comme moi ! Elle était ensuite très fière de montrer sa coiffure à tout le monde ! Après, elle m'a invitée à venir visiter sa maison. Evidemment, elle parlait kinyarwanda mais les sourire et le rire sont un langage universel ! D'ailleurs, j'apprends un peu de kinyarwanda depuis et je commence à dire quelques mots. Les visages des personnes que je rencontre s'illuminent quand je parle leur langue !

 

Témoignage de Laurène, AMA aux Philippines en 2015

AMA Laurene2"Nous nous déplaçons souvent pour distribuer des kits de premiers secours (désinfectant, coton, thermomètre, stéthoscope, pansements, bandes, etc.) et du matériel de protection dans les différents baranguays (mot philippin signifiant "village") ne pouvant pas financer cela par eux-mêmes. 

Après le typhon, des projets ont été entrepris comme la reconstruction de maisons, de toilettes, des étangs à poissons, des champs de riz. Les projets touchent à leur fin, les dernières distributions ont dont été de la peinture pour terminer le toit des maisons et des alvins avec de la nourriture pour remplir les étangs ! Une belle occasion pour rencontrer les villageois, et échanger avec eux !"

 

Travail et service AMA. Emmanuelle nous parle de sa mission à Rio en 2015

AMA RIO ClasseEmm"Oubliés les tableaux Excel ! Je suis passée côté cuisine et pèse avec la personne concernée les quantités nécessaires. Je poursuis avec elle jusqu'à ce que de nouvelles habitudes soient prises, et je dois aussi le faire avec le reste du personnel !

Quant aux cours de français pour jeunes et adultes, je vois parmi les élèves la réceptionniste, trois étudiants du centre éducatif, les voisines, la cuisinière, le fils du vigile de nuit... Ici, je suis presque en famille. J'ai un lien direct ou indirect avec mes élèves... je suis très loin de mes repères parisiens où je m'adresse à des personnes concernées par le sujet mais sans aucune relation personnelle

Efficacité, rentabilité sont les maîtres mots d'une vie professionnelle à la Défense, au sein d'une banque. En plus j'étais acheteur depuis 7 ans après 12 années en tant que commerciale ! Chacune de mes actions devaient permettre de gagner de l'argent ou d'en économiser, avec bien sûr une priorité pour les dossiers les plus rentables...

AMA RIO elevesEtre AMA c'est plonger dans un autre monde. On quitte ses repères, son confort. On découvre un autre état d'esprit, d'autres valeurs, d'autres critères d'évaluation et même pas d'évaluation du tout. Quel changement ! Je n'en reviens toujours pas. Ici, il s'agit d'être tout simplement. Pour moi, c'est un apprentissage, j'apprends à être.
Le temps se dilate. La priorité est aux relations. L'AMA est très bien accueilli par la population locale, pourtant je ne parle même pas la langue.
Bien sûr, avec tous ces changements, je suis perdue, je me sens perdue. Je m'en remets à Dieu, je m'en remets aux sœurs. Elles savent, elles connaissent. Ici à Rio elles accueillent chaque année des personnes, l'une était à la recherche de ses racines brésiliennes, l'autre s'interrogeait sur son engagement avec son fiancé, cette année c'est moi avec d'autres colocataires, des femmes qui ont décidé de reprendre leurs études.
Les sœurs vous laissent découvrir votre propre chemin intérieur. En même temps elles sont là. Comme il revient à chacun d'avancer dans sa vie, il revient à l'AMA d'aller à la découverte des sœurs, de leur engagement. Pour le moment j'en suis là. Il me reste 7 mois de mission, 7 mois pour les découvrir plus en profondeur....
Ici pour moi les maîtres mots sont accueil et disponibilité."

 

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site