Chapitre général - Lourdes, juillet 2018 

Plus d'informations sur cet événement sur le site dédié

35746866 2007335802619222 8703125208090804224 n

Le 29e Chapitre général des religieuses de l'Assomption s'est déroulé du 20 juin au 20 juillet 2018. Pendant un mois, il a réuni des soeurs de toutes les Provinces de l'Assomption. Son but était de définir les orientations de la Congrégation pendant 6 années. Et aussi d'élire la supérieure générale et son Conseil.

Les thèmes développés avaient été déterminés lors du CGP 2017, à Madrid, qui avait pour tâche de le préparer : Identité Charisme Communion Mission

IMG 9151

 

59 religieuses de l'Assomption et 16 laïcs venant d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Amérique se sont retrouvés dans la bonne humeur, par la grâce d'un temps magnifique.

"Pendant ce Chapitre, nous allons vivre la communion dans nos différences. Cela peut être aidant de nous préparer à accueillir la nouveauté, à oser aller vers les autres, malgré la barrière de la langue. Il est important, pendant ces premiers jours, de prendre le temps de créer des relations interpersonnelles pour une connaissance mutuelle, pour favoriser la marche ensemble et la recherche commune. Le Chapitre est aussi un lieu important de formation et de découverte de la Congrégation ; c’est  un moment favorable pour mettre en valeur les richesses de nos cultures, nous sentir membres du même Corps, affermir l’esprit de famille. Ensemble,  nous allons rechercher le bien commun de ce Corps, et accueillir le projet de Dieu, son désir pour la Congrégation aujourd’hui."

(extrait du discours d'ouverture de soeur Martine Tapsoba, Supérieure générale, le 20 juin)

 Sr Rekha Superieure GeneraleLors de ce Chapitre général, Soeur Reckha a été élue Supérieure générale de la Congrégation

Rekha a vu le jour le 15 décembre 1963 dans un petit village du Kerala, au sein d’une famille de tradition chrétienne profonde. Elle est la deuxième d’une fratrie de 6 : 4 filles et 2 garçons. Deux de ses trois soeurs sont aussi religieuses, et l’un de ses deux frères est prêtre. C’est l’engagement des sœurs de l’Assomption envers les plus pauvres et le travail de promotion sociale qui l’a attirée vers la Congrégation. Quand elle nous a parlé, à la fois de sa famille et de l’Assomption, nous avons senti beaucoup de fraternité et d’affection

 Elle a étudié la théologie à Pune, et plus tard, encouragée par les Jésuites de l’université qui la désiraient comme professeur, elle a été envoyée pour étudier à l’Institut biblique de Rome et a passé son doctorat aux Etats-Unis. Rekha nous a partagé qu’elle était déjà passionnée par la Bible, et en particulier par l’Evangile de Saint Luc, où elle a découvert son Mystère  "Jésus le Rédempteur". Pourtant, elle se spécialisera plus tard dans Saint Jean, l’évangéliste du « Logos » λογος : La Parole gravée en grec dans son anneau de profession perpétuelle. Elle a exercé comme professeur de théologie biblique à l’Université des Jésuites de Pune, jusqu’à ce que la Congrégation lui confie la mission de Provinciale, une tâche qu’elle a accomplie au cours de ces huit dernières années. Cela ne l’a pas empêchée de donner des conférences en Inde et ailleurs dans le monde et d’écrire. Le pape Benoît XVI l’avait appelée en tant qu’expert au Synode de la Nouvelle Evangélisation ; ce fut pour elle une profonde expérience de l’Eglise, nous a-t-elle dit.

 Voici les quatres religieuses de l'Assomption élues pour former le Conseil général pour aider Soeur Reckha dans sa mission Sœur Sandra Elizabeth Durán Pérez, de la Province d’Amérique Centrale-Cuba ; Sœur Isabelle Roux, de la Province de France ; Sœur Marthe Marie Nzabakurama, de la Province du Rwanda-Tchad et Sœur Irene Cecile Torres, de la Province d’Asie du Sud-Est

Conseil General

 « La Supérieure générale est aidée dans le gouvernement et l’animation de la Congrégation par les Conseillères générales qui partagent avec elle la sollicitude de toute la Congrégation. Leur rôle est de conseiller la Supérieure générale dans les décisions que celle-ci doit prendre, en donnant leur consentement ou leur avis, selon les cas. La Supérieure générale et les Conseillères générales élaborent la pensée de la Congrégation à partir de la connaissance qu’elles ont de sa vie, des grands mouvements de l’Eglise universelle, des besoins réels du monde conformément au charisme de la Congrégation et à la Règle de Vie. Elles essaient de vivre dans une recherche du bien général et dans un constant discernement. » Règle de vie 99.

Accès aux albums photos

 DSC 0210

 

Retraite silencieuse - Lourdes, avril 2018

th agnesDu 13 avril au 22 avril, une cinquantaine de soeurs et laïcs étaient réunis dans une retraite silencieuse à Lourdes, à l'écoute de la parole de Dieu. La possibilité étant offerte à chacun de rester 3 à 8 jours. 

Témoignages : "Quelle joie que ces temps de "retrouvailles"... Grande joie pour moi, l'expérience du silence qui permet le retour sur soi, un temps de ressourcement intérieur. Ce fut un silence "habité"... de paroles jaillissantes... 

Un temps pour poser et déposer, se laisser toucher par la parole : celle de soeur Thérèse Agnès, celle des textes et des questions, et celle de cette "brise légère" qui a discrètement mais sûrement accompagné mon temps avec vous, un grand merci à vous toutes !" Anne L.

 Témoignage de soeur Blandine, religieuse à Montpellier, qui a suivi toute la retraite avec nous à Lourdes grâce à Internet, l'ordinateur étant posé devant soeur Thérèse Agnès afin qu'elle suive au mieux ses prises de parole (vous pouvez entrevoir son visage sur l'écran d'ordinateur de la première photo de cet article).

Soeur Blandine"J'ai beaucoup aimé cette retraite. Le premier jour, vues les difficultés techniques, je voulais tout lâcher et le thème proposé pour la journée ne me disait rien du tout, j'ai pris autre chose. Bien m'en a pris d'ailleurs... J'ai aimé et j'ai été touchée. Je retrouvais dans la manière de parler de soeur Thérèse le concret, la souplesse et en même temps la fermeté que j'aime dans saint François de Sales, que j'aime, et qui me touche. Voir le 'prédicateur' de près m'a beaucoup aidée car son visage parlait autant que son discours et avec la même conviction.

Voir les soeurs m'a unie à vous toutes et à la Province, et lorsqu'à plusieurs reprises certaines sont venues me saluer, j'ai été touchée de leur affection. Je n'étais pas seule. De les voir défiler plusieurs à la suite m'a fait penser au défilé à la porte du confessionnal !!!

Entendre et écouter la Parole de Dieu de la part d'une soeur avec laquelle nous avons vécu des événements 'pour le meilleur et pour le pire' m'a fait rendre grâce à Dieu de se servir de nous pour donner Lui : c'est très beau, telles que nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses.

20180413 200637La joie est en effet à nos portes et à notre portée si nous voulons bien être attentives à ne pas la laisser passer.

Quant à la technique, quelle merveille elle permet. Là aussi, je rends grâce à Dieu et je souhaite que dans l'avenir, cette chance puisse être donnée à d'autres ; Catherine Myriam venait jeter un coup d'oeil quand elle le pouvait et déjà nous parlons d'entrer en contact ainsi pour l'Assemblée proche.

Merci pour les Nouvelles lues et regardées d'un bout à l'autre. Prions les uns pour les autres."

retraite lourdes 2018« Voyons si Dieu est notre centre, s’il est le premier principe de nos actes, la fin, le but de nos pensées, de notre vie toute entière. » Ste Marie-Eugénie

"Voici le petit papier que j’ai tiré de la corbeille prévu à cet effet dans la chapelle du Centre Assomption durant le premier jour de ma retraite de 8 jours avec les religieuses de l’Assomption. Cela annonçait bien pour moi la couleur de ce temps de retraite consacrée à 'la joie'.

Aidée chaque jour par les enseignements de Sr Thérèse-Agnès, j’ai parcouru ces jours en essayant au quotidien de placer Dieu en premier. Cela a été parfois un combat, entre les coups de fatigue, les tentations de passer du temps à pianoter sur l’ordinateur et les petits dialogues avec mon mari resté bénévole dans la maison, mais dans l’ensemble, j’ai rarement vécu une retraite aussi intensément.

Les enseignements chaque matin de Sr Thèrese-Agnès, si limpides, essentiels, joyeux et profonds m’ont stimulée, éveillée. (Aurélie A.D.)

« Tout quitter, tout perdre pour la gloire de Dieu, aller avec joie là où il lui plaît de nous employer, mais sans contrainte du cœur, avec la joyeuse liberté des enfants de Dieu. » Sr Marie-Eugénie

 

DSC 0210

 

Rencontre sur le thème de l'internationalité à l'Assomption - Lyon, mars 2018

30425019 1854817397891476 5937373070843706959 oLe samedi 3 mars 2018, au centre spirituel En-Guédi de Lyon, une belle rencontre a eu lieu sur le thème de l'internationalité à l'Assomption. Soeur Isabelle, responsable de la Province de France, était présente et a débuté la conférence en développant la notion d'internationalité comme fondation de la Congrégation. Diane Martinez, récemment revenue d'une année au Guatemala en tant qu'AMA et jeune professeure d'espagnol, nous a fait part de son expérience. Enfin, Richard Grille, directeur du lycée Assomption-Bellevue à Lyon, lui a succédé par la démonstration des diverses initiatives orientées vers les échanges et le développement de la conscience des jeunes par le contact avec d'autres cultures.  

 L'internationalité est une réalité des premiers pas de l'Assomption. Sainte Marie Eugénie parlait français et allemand, ses racines familiales mêlant Belgique, Italie et Luxembourg. La toute première communauté, de 1839 à 1849, présentait déjà diverses nationalités. Si soeur Thérèse Emmanuel (Kate O'Neill) était irlandaise, il y eu aussi des jeunes filles venant d'Angleterre, d'Allemagne, de Pologne, de Russie et de Guadeloupe. Avec le développement de l'Assomption, les premières missionnaires partirent rapidement s'établir hors de France pour implanter le charisme de l'Assomption un peu partout dans le monde. Cette carte montre ce qu'il en est aujourd'hui.

 "L'Assomption est locale. Elle prend la couleur du lieu où elle se trouve." Diane a pu le constater en voyant la croix côtoyer une réplique de temple maya lors d'une cérémonie guatémaltèque. Si les premiers temps ont vu les soeurs essayer de développer hors de France ce qui était propre à leur culture, la réalité, belle et bien vivante, les a vite dépassées. Le charisme a pu prendre le visage qui lui était le plus naturel à divers endroits du monde pour que la grande famille de l'Assomption vibre de ses diverses personnalités et cultures. Un portrait de Marie Eugénie sur un autel couvert de tissus africains, chaque peuple exprime sa foi avec son histoire, sa force. Danses et chants, coutumes et langues, la chaleur et la spontanéité ont dessiné de douces différences au contact de l'Assomption des origines. Et la vérité est bien là, car le propre de l'Assomption est de respecter la liberté de chacun, l'accompagner en son coeur en accueillant tout ce qui le constitue, vers le meilleur de lui-même.  

Aussi, l'éducation donnée aux jeunes participe de cet élan : ouvrir l'esprit à la solidarité, au respect de l'autre, au partage. Inciter à prendre sa place dans le monde dans des interactions qui profitent à tous. Prendre le risque de s'investir dans un projet et aller à la rencontre de l'autre et de ses propres possibles pour contribuer à un monde meilleur. 

L'enseignement de l'Assomption accompagne alors à avancer le coeur et les yeux grands ouverts, aller vers l'autre tout en écoutant, accueillant la différence, être conscient des idées reçues que l'on peut entretenir malgré soi, sentir ce qu'est la réalité de la vie sur terre, avec sa palette infinie de nuances que quelques rencontres laissent entrevoir. L'humilité y trouve son terreau. Se sentir étranger face à l'autre, soudain démuni, puiser en soi pour trouver les passerelles qu'on ne serait pas allé chercher au sein de la culture dans laquelle on a grandi, voilà qui fait se sentir vivant et ouvre la porte à toutes les richesses du partage. L'expérience est un complément inestimable à un enseignement qui se fait alors accompagnateur, guide discret à l'écoute de la prise de conscience d'un enfant qui devient acteur de sa propre éducation, dans son propre mouvement de l'âme.

 

DSC 0210

 

Congrès international sur l'éducation transformatrice - Manille, mars 2018

20180303 ra rieducation soiree 02 f3482Du 1er au 10 mars 2018, s'est déroulé à Manille, aux Philippines, un congrès international sur l'Education transformatrice rassemblant les représentants de tous les pays où les religieuses de l'Assomption sont présentes. Le charisme se déploie différemment selon les cultures, les sociétés et les besoins de notre temps.

L'introduction de cette deuxième rencontre internationale, 20 ans après la première, en juillet 1998 à Auteuil, a été faite par soeur Martine, notre supérieure générale. Elle nous a rappelé l'urgence de cette oeuvre d'éducation, qui est oeuvre de foi, oeuvre d'amour, et oeuvre d'espérance, ainsi que l'importance de la patience dans ces chemins d'éducation dans lesquels nous sommes conduits, guidés, accompagnés par le Christ.

"Notre désir sera toujours d'ajuster la pertinence du charisme aux situations nouvelles de nos sociétés."

 Voir le panneau préparé par les communautés et affiché à Manille pour présenter la Province de France : partie 1partie 2partie 3partie 4

"Nous voilà déjà au 8ème jour... Les premiers ont été consacrés à un 'retour aux sources' et nous ont permis de ne pas toujours rester assis puisque nous avons eu la chance de marcher samedi, sur les pas des premières sœurs arrivées aux Philippines. Comme elles, nous sommes entrés deux par deux dans la cathédrale au son de l'orgue qui jouait pour nous: vous devinez notre émotion! Ce pèlerinage nous a menés jusqu'à l'évêché où elles avaient été accueillies, puis sur le lieu de la 1re maison. Nous avons ensuite continué la route jusqu'à Antipolo, 3e lieu pour ces mêmes sœurs. Accueil aussi extraordinaire qu'à San Lorenzo avec un spectacle splendide donné par les élèves pour rendre grâce de toutes ces années de l'Assomption en Asie. Dimanche matin, s'est officiellement ouverte l'exposition où les différentes Provinces présentaient l'éducation transformatrice telle qu'elle a été vécue depuis les 20 dernières années. A partir de là, nous avons essayé de dégager aspects communs et nouveautés à travers des temps d'intériorisation, d'échanges et des ateliers. Mardi, nous avons été invités à un temps d'immersion. Le groupe a donc été divisé en trois: l'école de San Simon, l'école de Malibay et la communauté de Cavite. Des réalités tellement différentes de celles que nous avions jusqu'alors connues à San Lorenzo et Antipolo... Beaucoup d'émotions encore pendant cette journée!

Hier, journée d'intégration pour laisser descendre tout le vécu et prendre conscience des défis de notre société. Depuis ce matin, nous essayons de recueillir les appels pour aujourd'hui à partir de tous les exposés et travaux de groupe." (Marie-Yvonne et Soeur Marie-Cécile, pour l'équipe)

DSC 0210
 

Rencontre sur le thème de l'éducation à l'Assomption - Lyon, janvier 2018 

DSC 0010Le samedi 27 janvier 2018 s'est tenue à Lyon une conférence sur l'esprit de l'Education à l'Assomption. Soeur Catherine-Marie et soeur Marie-Geneviève ont d'abord présenté les fondations de celle-ci en étudiant la pensée et l'action de sainte Marie-Eugénie à ce propos pour s'adapter aux besoins de son temps, de façon visionnaire et moderne, comme nous allons l'aborder plus loin. La deuxième partie fut dédiée à la présentation du réseau d'établissements scolaires, par Richard Grille, directeur du Lycée Assomption Bellevue à Lyon, et Michel Bonnefoy, enseignant au Pôle Supérieur Bellevue inséré dans le quartier de Gerland.

"On sent qu'on est à l'Assomption ici...", cette phrase a été beaucoup entendue par M. Grille, ce que soeur Myriam, ayant accompagné des enfants lors de ses différentes missions au long cours en Inde, au Danemark ou en Israël, peut confirmer : "Il y a un esprit, une façon de traiter les jeunes, de croire en eux." Une façon d'éduquer dont le principe s'est harmonisé avec chaque pays où l'Assomption s'est implantée, de la même manière qu'avec chaque jeune : on ne coupe pas les ailes du papillon, on l'aide à diriger son vol, on le guide. Tout en respectant sa nature même, ce qui fait qu'il est un être unique, un des innombrables visages de Dieu. Un être, un pays, l'Esprit touche les hommes individuellement et collectivement. Pour arriver à un tel résultat, il faut se pencher sur la question de l'Incarnation.

DSC 0013Dieu s'exprime à travers chacun de nous, Jésus-Christ a laissé un précieux enseignement afin que nous suivions son exemple. Pour que la bienveillance, la lumière de Dieu rayonne en nous et nourrisse nos frères, il nous faut nous reposer en lui avec confiance, et être conscient de notre impact sur le monde. 

Chaque être est éducable, l'éducation est essentielle pour laisser exprimer le meilleur de notre nature divine, cachée sous le boisseau de notre réactivité face aux difficultés du quotidien qui peuvent nous enfermer dans une pensée rigide teintée de peur, d'égoïsme et de jugement. Sainte Marie Eugénie voulait prendre soin de Dieu dans chaque enfant, le laisser être tel qu'il était destiné à se manifester dans cette incarnation tout en s'adressant à l'esprit, bien humain, qu'il fallait sensibiliser à sa responsabilité d'être. De sorte que chaque futur adulte puisse endosser la mission pour laquelle il s'est incarné, petite ou grande, que cela soit un engagement social ou un simple art de vivre, humble et éveillé, au service de ceux qui l'entourent. 

"Si Dieu a toujours eu en si grand honneur l'existence de l'homme, quelle importance ne devons-nous pas attacher à notre existence, et à chacun de ses instants." (Marie-Eugénie, 28 décembre 1879, lors du chapitre "L'importance de la vie")

Grille BonnefoyL'éducation à l'Assomption résonne de cet appel du coeur lancé au XIXe siècle et mis en pratique par les premières religieuses de l'Assomption. Cette écoute bienveillante visant à ne pas perdre de vue le meilleur en chaque être et l'encourager tout en le responsabilisant avec compréhension, est à la base du charisme porté par les enseignants d'aujourd'hui, partout dans le monde. Un enseignement du coeur, de l'esprit et de l'âme, comptant sur la coopération du jeune, qui n'est pas une outre à remplir, mais un être conscient et capable de donner le meilleur de lui-même s'il se sent aimé et respecté pour ce qu'il est, dans sa différence. Car nous sommes tous différents, avec plus ou moins de difficultés, certes, à assumer notre singularité et à nous adapter au monde et ce qu'il comporte d'épreuves.

Prendre conscience de notre environnement, de notre façon d'être, demande du temps et se fait au fil des années. Une éducation bienveillante constitue le meilleur terreau pour développer cette intelligence de la vie et laisser exprimer sans effort cette grâce de Dieu qui nous est donnée à tous. Comprendre l'impact de ses paroles, de ses actes, des pensées que l'on choisit d'entretenir, comprendre que la facilité nous lie plus qu'elle nous libère. Que notre autonomie est le meilleur facteur d'épanouissement dans une société qui nous divertit et nous assujettit dans un même mouvement plutôt qu'elle ne nous incite à "être ce que l'on est avec le plus de plénitude possible"  (Marie-Eugénie)

Sainte Marie Eugénie a été précurseur des courants de pensées récents de notre temps quant à l'éducation. Bien avant Françoise Dolto ou Maria Montessori et l'éducation positive. Son esprit, curieux de son époque et vivement impliqué à son amélioration, s'est pleinement laissé inspirer par le Christ. Aujourd'hui, les établissements scolaires de l'Assomption témoignent de ce supplément d'âme, voient les jeunes piloter des projets, laisser exprimer un caractère trempé sous le regard d'enseignants dédiés à l'émergence en chacun de ces enfants de l'évidence de ce qui sera sa voie, naturellement. 

"Il y a une grande liberté d'esprit à l'Assomption, la liberté essentielle à la personne, c'est avoir la capacité de disposer de soi et de se réaliser ; c'est la possibilité de construire sa propre destinée." (Texte de référence, page 45)

Voici une vidéo illustrant le Projet Apostolique et Education de l'Assomption

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site