Fondatrice, puis supérieure générale, elle répond au maximum aux demandes des évêques pour contribuer à transformer la société, dans le monde, par l’éducation.MME2

Marie Eugénie de Jésus a eu une longue vie, qui a presque recouvert le XIXe siècle. Elle aimait son temps avec ardeur et se voyait participer activement à son histoire. Progressivement, toutes ses énergies furent canalisées d’une manière ou d’une autre dans le développement et l’extension de la Congrégation, l’œuvre de sa vie. Dieu lui donnait sœurs et amis. Une des premières sœurs était une irlandaise, une mystique et amie intime que Marie Eugénie pouvait appeler à la fin de sa vie "la moitié de moi-même". Kate O’Neill, en religion Mère Thérèse Emmanuel, est considérée comme co-fondatrice. Le Père Emmanuel d’Alzon, devenu le directeur spirituel de Marie Eugénie peu après la fondation sera père, frère et ami selon les saisons.
En 1845, il fonda les Augustins de l’Assomption et les deux fondateurs se sont entraidés en maints domaines pendant 40 ans. Tous deux avaient un don pour l’amitié et ils ont travaillé dans l’Église avec de nombreux laïcs. (Ils ont trouvé dans et en dehors de l’Eglise amis et collaborateurs) Ensemble, à la suite du Christ, religieuses, religieux et laïcs ont tracé la voie de l’Assomption et pris place dans l’immense nuée de témoins.

En 1878, riche de l’expérience de 40 ans à la tête des Religieuses de l’Assomption, Mère Marie Eugénie s’est mise à réfléchir sur le chemin parcouru, le chemin que le Seigneur lui avait donné de tracer avec sœurs, collaborateurs et amis (et un Tiers Ordre) : les attitudes et les moyens qui les avaient aidés, les convictions et les critères qui les guidaient, ce que le Seigneur avait fait en eux et dans la Congrégation. Pour ses soeurs, -et pour ceux et celles qui éprouveraient les mêmes attraits et de pareils appels, qui adopteraient sa manière de suivre et de servir le Christ- elle a donné une série de causeries sur l’esprit de l’Assomption, le plus précieux de nos biens.

C’est en 1898 qu’elle meurt, le 10 mars, entourée de toutes les supérieures venues prier autour d’elle.

Tous droits réservés 2013 © Les Religieuses de l'Assomption - Province de France | Webmaster |Mentions Légales | Carte du site